Maladie de Parkinson : symptômes et traitement

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique évolutive qui affecte les mouvements, comme la marche et l'écriture. Plus de 6 millions de personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson. Généralement observée chez les plus de 50 ans, cette maladie peut aussi se développer chez des personnes de moins de 40 ans.

Description de la maladie de Parkinson

Les symptômes de la maladie de Parkinson commencent à se manifester lorsque certaines cellules nerveuses perdent leur capacité à produire de la dopamine, qui est un messager chimique (ou « neurotransmetteurs »), et que cette dopamine ne transmet plus les impulsions nerveuses d'une cellule à l'autre. Des changements apparaissent alors au niveau des mouvements de la personne, comme la marche et l'écriture.

On ne sait toujours pas pourquoi ces cellules cérébrales produisant de la dopamine cessent de fonctionner. Les scientifiques pensent que certaines personnes ont peut-être une sensibilité héritée au développement de la maladie de Parkinson. Les facteurs environnementaux peuvent aussi être une cause possible, mais les chercheurs ne peuvent pas encore le confirmer totalement. Lorsque les symptômes de la maladie de Parkinson commencent à apparaître, la majorité des cellules produisant de la dopamine dans la partie du cerveau appelée substantia nigra a déjà cessé de fonctionner. La maladie est diagnostiquée par un neurologue, en se basant sur un examen clinique et sur les symptômes que le patient a déjà ressentis.

Symptômes de la maladie de Parkinson

Les symptômes de la maladie de Parkinson commencent à se manifester par étapes et se développent lentement ; ils peuvent être différents d'une personne à l'autre. Les principaux symptômes sont les tremblements, la raideur musculaire et le ralentissement du mouvement. Les tremblements au repos constituent le symptôme le plus visible de la maladie de Parkinson. Ils commencent généralement par toucher une main ou un bras. Ils surviennent le plus souvent lorsque cette partie du corps est au repos, puis s'atténuent, voire disparaissent, lorsque le membre concerné est utilisé. La raideur musculaire, qui peut impacter de nombreuses activités quotidiennes, est un autre symptôme fréquent. À cause de cette raideur musculaire, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent avoir des difficultés à faire demi-tour en marchant, se lever d'une chaise ou se retourner dans leur lit. Il peut également leur être difficile d'effectuer des tâches nécessitant des mobiliser les doigts précisément, comme pour écrire, tourner la clé dans une serrure ou trier leur monnaie lorsqu'elles font leurs courses.

Progressivement, les mouvements sont plus lents et de moins en moins amples. On considère que ces symptômes sont les plus invalidants. Les personnes qui souffrent de la maladie de Parkinson depuis de nombreuses années marchent souvent à petits pas et leurs pieds quittent à peine le sol. Elles peuvent adopter une posture voûtée, avoir une petite écriture et les expressions du visage peut être moins marquées. L'équilibre est souvent compromis, le sens de l'odorat est affaibli et leur voix peut être monotone et rauque. Aux stades ultérieurs de la maladie, les patients peuvent également souffrir de « blocages », c'est-à-dire d'une incapacité temporaire à bouger leurs pieds lorsqu'ils marchent et l'impression que leurs pieds sont collés au sol.

Bien que la maladie de Parkinson affecte principalement les mouvements, elle se manifeste aussi par d'autres symptômes. Il s'agit notamment de problèmes de sommeil, d'une fatigue très importante dans la journée, de dépression, d'une dysfonction du système nerveux autonome (qui régule les fonctions des organes internes), d'une constipation et du besoin fréquent d'uriner la nuit, ce qui peut casser le sommeil. Ces « symptômes non moteurs » sont légers aux premiers stades de la maladie et ne provoquent généralement pas de problèmes majeurs, mais à mesure que la maladie évolue, leur impact sur la vie quotidienne s'aggrave.

Traitement de la maladie de Parkinson

Bien qu'il n'existe pas encore de traitement pour la maladie de Parkinson, un grand nombre de médicaments soulagent efficacement les symptômes. La recherche de nouvelles formes de traitement offre également un espoir aux patients. Les chercheurs travaillent sur les opportunités offertes par la greffe de cellules et de tissus, ainsi que sur la thérapie génique. Ils tentent par ailleurs de développer des formes de traitement visant à empêcher la destruction des cellules produisant la dopamine dans le cerveau.

Les méthodes de traitement actuelles ciblent les taux de dopamine dans le cerveau, dont on sait qu'ils sont inférieurs à la normale chez les personnes souffrant de la maladie de Parkinson. Les méthodes de traitement sont classées en deux principaux groupes : les médicaments qui régénèrent les taux de dopamine dans le cerveau et ceux qui imitent l'effet de la dopamine.

Les réserves de dopamine peuvent être reconstituées à l'aide de plusieurs médicaments à base de lévodopa, qui est convertie en dopamine dans le cerveau, ou par des médicaments appelés inhibiteurs de MAO-B (monoamine oxydase B), qui empêchent la dopamine de se décomposer dans le cerveau. D'autres médicaments, appelés agonistes dopaminergiques, peuvent imiter l'effet de la dopamine.

 

Orionbvbaweb - version July 2020